L’automassage fait partie de ces rares choses dans la vie qui sont à la fois gratuites, bénéfiques, relaxantes et qui peuvent être pratiquées n’importe où, n’importe quand. Pratiqué depuis des millénaires dans certaines régions, on oublie trop souvent aujourd’hui à quel point l’automassage peut soulager à la fois sur le plan physique et moral, d’un grand nombre de maux. Nous voulions donc vous présenter cette pratique, et sommes prêts à parier que si vous vous essayez, vous ne pourrez bientôt plus vous en passer !

Les innombrables bienfaits de l’automassage :

L’automassage s’adresse particulièrement aux personnes souffrant de douleurs liées à une vie trop sédentaire, ou à l’inverse celles qui ont une activité sportive ou professionnelle trop intense sur le plan physique. Vos douleurs musculaires, problèmes de circulation sanguine et autres douleurs au dos se verront rapidement atténués par l’automassage de quelques points très simples. Inutile pour cela d’être un professionnel, il suffira de vous renseigner sur votre douleur et d’être à l’écoute de votre corps. 

De la même façon, si vous êtes stressé, nauséeux ou insomniaque, la connaissance et la pratique de certains points très simples d’automassage vous rendront une paisibilité oubliée depuis longtemps. 

Bien sûr, même si vous n’êtes dans aucune de ces situations, pratiquer l’automassage vous fera un bien fou, et pourra vous donner plus encore de paisibilité et de tonus que vous n’en avez déjà. Enfin, l’automassage peut être pratiqué sur tout le monde. Femmes enceintes, personnes âgées et nourrissons apprécieront particulièrement.

L’acupression, Shiatsu, Do In, autant de pratiques ancestrales de l’automassage :

L’automassage est une pratique universelle, et même naturelle et instinctive, dans une certaine mesure. Lorsqu’un muscle nous fait mal, on a souvent le réflexe de le masser légèrement. De la même façon, quand vous frottez vos mains pour vous booster avant une grosse séance de travail, que vous faites craquer vos doigts lorsque vous êtes stressé ou que vous frottez vos tempes pour calmer une migraine, vous pratiquez déjà l’acupression, sans forcément le savoir. Et surtout sans forcément être efficace, car une telle pratique a beau être très simple techniquement, elle requiert néanmoins quelques informations pour être bien utilisée.  

Ainsi, s’il vous intéresse de vous spécialiser dans l’automassage ou acupression, notez que ces termes francisés désignent plus largement les pratiques venues d’Asie telles que le Shiatsu (Japon), ou le Do In (Chine). 

D’ailleurs vous pourrez remarquer une certaine proximité entre les termes acupression et acuponcture, expliquée par le fait que l’acupression se propose de reprendre les mêmes points que ceux de l’acuponcture, mais sans les aiguilles. Et si vous êtes de ceux qui, nombreux, décrient ces pratiques basées théoriquement sur les flux d’énergie, n’hésitez pas à consulter cette étude menée sur 120 patients à la clinique de Kaohsiung, à Taiwan.

Comment pratiquer l’automassage ?

Traditionnellement l’acupression se pratique du bout des doigts, ou avec la paume des mains. En stimulant certains points de votre corps, vous rétablissez certains flux énergétiques, et apaisez vos douleurs et vos troubles.

Mais de nos jours, il est possible d’opter pour un matériel simple afin de pratiquer l’automassage. Il existe par exemple des tapis d’acupression, des bâtons d’acupression, et des cannes. Le choix est vaste, mais nous vous conseillons tout de même d’essayer d’abord avec vos doigts, pour avoir une première vision des points à stimuler selon vos problématiques propres, ainsi que des bienfaits de l’automassage.

L’acupression contre la fatigue des jambes :

Il est un point bien connu des asiatiques pratiquant l’acupression : on l’appelle le 36 E, ou Zu San Li. En vous concentrant assez, vous pourrez sans aucun doute le trouver et le masser, et ainsi lutter contre la fatigue de vos jambes après un entrainement, une course ou une randonnée intense. À noter que ce point d’acupression servirait aussi à rebooster l’organisme, à réguler l’estomac et la rate, et à soulager la douleur. Pourquoi vous en priver ?

Pour le trouver, rien de plus simple : le 36 E est situé à environ quatre largeurs de doigt en dessous de la rotule, légèrement à l’extérieur de la jambe. Vous sentez un creux entre le tibia et le muscle ? Appuyez légèrement. Lorsque vous y serez, vous le saurez !

L’automassage contre le mal des transports :

Nous l’avons, dit, l’automassage a bien des avantages, et notamment celui de calmer l’état nauséeux. Si vous êtes sujet au mal des transports, retenez bien ce nom : Nei-Kuan !

Le Nei-Kuan est un point situé sur l’intérieur votre poignet, à environ 3 doigts de votre main. En pratiquant l’automassage sur ce point précis (le MC6) avec une simple pression des doigts de votre autre main durant deux ou trois minutes, vous calmerez rapidement vos nausées. 

Le point magique entre votre pouce et votre index :

On l’appelle le « point Hoku », ou GI4. Celui-là a l’avantage d’être très puissant, et particulièrement discret, en plus d’avoir un effet antistress presque instantané. 

Il vous faudra tout d’abord partir à l’exploration de vos propres sensations, afin de trouver exactement votre point Hoku. Pas d’inquiétude, c’est très facile ! Pour le trouver, maintenez de petits points de pression sur votre main, entre le pouce et l’index, à peu près à l’endroit où les muscles de ces deux doigts se rejoignent. 

Massez lentement avec de petits mouvements circulaires pendant quinze à vingt secondes, et sentez affluer en vous énergie et paisibilité !