Tout le monde peut avoir un jour besoin d’optimiser son alimentation par l’usage de compléments alimentaires. Régimes alimentaires particuliers, entraînements et sports en général ou simple carence, les compléments alimentaires sont là pour vous aider. 

Cependant, cette supplémentation ne peut pas remplacer la variété des aliments qui sont importants pour une alimentation saine. 

Il faut donc avoir exactement conscience de ce que l’on prend, de façon à prévenir toute mauvaise utilisation, et pour être certain d’optimiser au mieux son alimentation. 

Les compléments alimentaires ne sont pas des médicaments!

La nature d’un complément alimentaire peut être floue, et quoique son nom même semble en indiquer parfaitement la fonction, il convient de ne pas confondre les compléments alimentaires avec des médicaments ou des pilules magiques. La prise de compléments alimentaires se fera en effet de préférence pour une bonne raison, et de la bonne façon !

Voyons ce que dit la loi au sujet des compléments alimentaires : « denrées alimentaires dont le but est de compléter le régime alimentaire normal et qui constituent une source concentrée de nutriments ou d’autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique » (Directive 2002/46/CE du Parlement européen et du Conseil).

Pour bien comprendre la différence entre compléments alimentaires et médicaments, il faut par ailleurs souligner que ces derniers seront définis avant tout par leur composition d’éléments chimiques ou ne constituant pas eux-même une forme d’alimentation. 

Notons, enfin, que les compléments alimentaires, ces « sources concentrées de nutriments », peuvent être commercialisés sous de nombreuses formes, telles que gélules, poudre ou ampoules par exemple. 

Les compléments alimentaires spécifiques aux sportifs :

Pratiquer un sport, surtout de façon intensive, c’est pousser son corps jusqu’à ses retranchements. La prise de muscle, la perte de poids ainsi que l’énorme consommation énergétique impliquées peuvent donc à l’évidence entrainer une augmentation de vos besoins énergétiques. De ce fait, un ajustement plus ou moins conséquent de vos apports en énergie, et principalement des lipides et des glucides, pourra être envisagé. 

Bien entendu, cela est à réfléchir selon la nature du sport pratiqué. On observe en effet une recrudescence des déficits nutritionnels dans le cadre des sports où la perte de poids est forte, tels que la danse, la gymnastique le patinage ou les sports à catégorie de poids. Dans ces derniers, qui regroupent par exemple l’aviron ou de nombreux sports de combat, les sportifs auront tendance à soumettre leur corps à d’importantes variations de poids par les régimes alimentaires. Dans ce cas, le recours aux compléments alimentaires est souvent conseillé. 

Parallèlement, les sports d’endurance vont être caractérisés par un besoin en glucide particulièrement haut en comparaison des autres sports. Tandis qu’à l’inverse, la pratique de sports dont l’activité sera plus « explosive », c’est-à-dire à la fois plus courte et plus intense, nécessitera éventuellement le recours aux compléments alimentaires protéinés.  

Les magazines spécialisés, fabricants et les vendeurs font la promotion de ces produits, en affirmant qu’ils améliorent la force ou l’endurance, augmentent l’efficacité de l’exercice, atteignent plus rapidement un objectif de performance et augmentent la tolérance à un entraînement plus intense. Certaines personnes utilisent également des aides ergogéniques pour préparer le corps à l’exercice, réduire les risques de blessures pendant l’entraînement et améliorer la récupération après l’exercice.

La prise de compléments alimentaires doit être régulée :

Notons que s’ils ne sont pas des médicaments, les compléments alimentaires doivent néanmoins être consommés avec attention. L’avis d’un médecin pourra même s’avérer utile, comme dans le cas de contre-indications pathologiques ou pour les femmes qui allaitent. 

De plus, une consommation excessive de compléments alimentaires pourra s’avérer dangereuse pour le sportif car, comme on le dit souvent, c’est la dose qui fait le poison : et si la vitamine C ou le fer sont en général d’excellents nutriments pour votre santé, ils pourraient favoriser les atteintes hépatiques lorsqu’ils sont consommés en trop grandes quantités. 

De nombreux suppléments contiennent des substances actives qui peuvent avoir de forts effets sur le corps. Soyez toujours attentif à la possibilité d’effets secondaires inattendus, en particulier lorsque vous prenez un nouveau produit.

Certains complément peuvent en effet augmenter le risque de saignement ou, s’ils sont pris avant une chirurgie, peuvent modifier votre réponse à l’anesthésie. Ils peuvent également interagir avec certains médicaments de manière à provoquer des complications.